eu-LISA est l’Agence Européenne qui assure, 24 heures sur 24, la gestion opérationnelle des principaux systèmes d’information de l’Union européenne (UE) liés à la liberté, la sécurité et la justice: Eurodac, SIS II et VIS, ainsi que celle de leurs infrastructures de communication respectives. Au moyen des technologies de l’information, eu-­LISA préserve la sécurité intérieure de l’UE et soutient, au profit des citoyens, la mise en œuvre des politiques d’asile, de migration et de gestion des frontières.

eu-LISA gère les trois systèmes informatiques suivants:

Base de données des empreintes digitales de demandeurs d’asile (Eurodac).
Eurodac aide les États Membres à gérer les demandes d’asile. Il s’agit d’une base de données qui recueille et traite les empreintes digitales numérisées des demandeurs d’asile et migrants en situation irrégulière qui sont entrés dans un pays européen. Cette base de données permet de déterminer l’État Membre chargé d’examiner une demande d’asile.

Système d’Information Schengen II (SIS II).
La deuxième génération du Système d’Information Schengen est un vaste système informatique prenant en charge l’échange d’informations sur les personnes et objets entre les autorités de police nationale, de contrôle des frontières, douanières, judiciaires et celles chargées des visas. Étant donné que les personnes et les marchandises peuvent circuler librement dans l’ensemble de l’Espace Schengen sans être contrôlées aux frontières intérieures, SIS II est un outil utilisé par les responsables de la sécurité pour contribuer à la protection des personnes.

Système d’Information sur les Visas (VIS).
VIS assure la mise en œuvre de la politique des visas commune de l’UE et facilite les contrôles aux frontières. Le système permet aux autorités nationales compétentes et à Europol (l’Office européen de police) d’entrer et de consulter des données, y compris biométriques (données personnelles) pour des demandes de visa de courte durée pour accéder à l’Espace Schengen.


L’Agence est composée de 3 sites. Le siège d’eu-LISA se situe à Tallinn (Estonie), la gestion opérationnelle s’effectue à Strasbourg (France) et le site de secours se trouve à Sankt Johann im Pongau (Autriche). L’Agence dispose également d’un bureau de liaison à Bruxelles (Belgique).

Pourquoi Strasbourg ?

Strasbourg est une ville au passé glorieux et singulier, enrichie par sa position centrale. Elle est le symbole d’une Europe démocratique qui assure les libertés fondamentales régissant l’espace européen. De plus, on y trouve le siège de la Commission Centrale pour la Navigation du Rhin, fondée en 1816, la plus ancienne organisation internationale en activité du monde et est chargée de réglementer entre autre la libre circulation fluviale sur le Rhin. Dans cet esprit, il était quasi normal qu’une agence, dont les systèmes font partie intégrante de la libre circulation de personnes, y soit implémenté et ceci depuis 1995.

D’autres raisons pour l’implantation à Strasbourg sont aussi un savoir-faire ayant vocation à être transmis à l’agence : le succès de l’agence repose sur la valorisation du capital humain. Gérant le SIS depuis quinze ans, la France a développé un savoir-faire destiné à être transmis à l’agence. Mais aussi des raisons économiques et pratiques si on prend en compte la possibilité élargissement du site.

 


Carte de l'espace Shengen (2018)Petit rappel de ce qu'est l’espace Schengen.

L'accord de Schengen (Luxembourg) est signé le 14 juin 1985 et a comme objectif de parvenir à une suppression graduelle des contrôles des frontières communes compensée par une surveillance plus efficace des frontières extérieures.

L'accord distingue les mesures à court terme (allègement des contrôles aux frontières internes, coordination de la lutte contre le trafic de drogue et la criminalité) contenues dans le Titre I, et des mesures à long terme (harmonisation des dispositions légales dans ces domaines, coopération policière et harmonisation de la politique des visas) au Titre II.

L’espace Schengen comprend aujourd’hui 26 pays européens. Il englobe la plupart des États membres de l’Union, à l’exception de la Bulgarie, de Chypre, de la Croatie, de l’Irlande, de la Roumanie et du Royaume-Uni (la Bulgarie et la Roumanie faisant toutefois les démarches en vue d’en faire partie).

Plusieurs pays non membres de l’Union, à savoir l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein, ont également rejoint l’espace Schengen.

Sous de nombreux aspects, Schengen fonctionne de la même manière qu’un pays, en supprimant les contrôles aux frontières intérieures tout en les renforçant aux frontières extérieures. Cette démarche permet la libre circulation, ininterrompue, des personnes, biens, services et capitaux. Elle offre le grand avantage de pouvoir voyager sans passeport à plus de 400 millions de citoyens de l’Union, ainsi qu’à de nombreux ressortissants de pays tiers.

Ceci a des conséquences très positives pour des ville frontalières comme Strasbourg et Kehl. Par exemple c’est grâce à cet accord que le shopping à Kehl avec le tram D est devenu possible.


Plus d'informations :